Le château dürande (1835)

3500 CFA

Lorsqu’un Africain, passionné de lettres, décide de traduire une oeuvre allemande de 1835 pour la rendre accessible au monde francophone, il ne fait que s´inscrire dans cette pensée riche en enseignements de l´auteur congolais Mbwil a Mpang Ngal : « Les cultures ne survivent que par l´ouverture à d´autres cultures qui les libèrent de leur tendance au narcissisme collectif » (Giambatista Viko ou le viol du discours africain. Paris, Hatier 1984, p. 112). Dans cette perspective, rapprocher le peuple africain du peuple européen, notamment allemand, au travers de la littérature qui fait pleurer, rire et éduque ne peut qu’être une expérience enrichissante. C´est ainsi que l´humanité grandira par l´échange des cultures et connaissances. Sortie des méandres de la littérature allemande, cette nouvelle traduite en français par Kangnikoé Adama dans l´esprit de divulguer les résultats de ses recherches relate les effets dévastateurs de la violence, non seulement sur ceux qui la subissent, mais aussi et surtout sur l´auteur même de la violence. L´image de boomerang sur la couverture est assez assévérative. D´ailleurs, Paul Hazoumé, auteur béninois, nous aurait avertis dans sa maxime à valeur de biosophie universelle : « Si le devin qui prédit la guerre y échappe, un des siens y périra sûrement » (Doguicimi. Paris : Larose, 1938, p. 432).

Category:
Auteur

ISBN

978-99982-65-53-0

Date de publication

2022

Langue

Français

Nombre de pages

104

Format

110 x 180

Avis des clients

Il n'y a pas encore d'avis client.

Soyez le premier à donner votre avis sur “Le château dürande (1835)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *