Le roman est un genre littéraire caractérisé essentiellement par une narration fictionnelle et dont la première apparition peut être datée du xiie siècle. Initialement écrit en vers qui jouent sur les assonances, il est écrit en prose dès le xiie siècle et se distingue du conte ou de l’épopée par sa vocation à être lu individuellement et non écouté.

Showing 1–20 of 24 results

  • Folakê

    Folakê, le personnage principal de ce roman est une jeune fille de vingt-quatre ans. Issue d’une famille noble, belle et intelligente, elle avait tout pour être heureuse. Mais hélas, sa vie n’a pas toujours été rose. Très jeune, elle s’était isolée et ne partageait aucun moment de convivialité avec sa famille. En grandissant, elle était en permanence comparée à sa sœur jumelle. Et comme si cela ne suffisait pas, elle était la principale cible d’une vengeance orchestrée contre son père. C’est bien plus tard qu’elle réalise son égarement et dans sa démarche pour aider sa sœur malade, elle rencontre l’amour…

    3750 CFA
  • Rugueux Cordage

    Cette histoire navigue entre plusieurs époques ; une, vieille de plusieurs générations, une autre, passerelle et une dernière naissante avec beaucoup de renouvellements et de révolutions surtout technologiques. Elle se déroule également entre deux lieux, un centre rural, le village et un centre urbain en métamorphose, la capitale. C’est l’histoire d’un petit garçon privé des siens dès sa naissance, puis ramené à la source grâce à la bienveillance d’une mère, et qui apprend à comprendre, à marcher et à concilier tous ces mondes, leurs richesses ainsi que leurs tares.

    7000 CFA
  • As they can, we can

    I have traced the symptoms of misery and poverty through these stories, which are illustrations of the social realities of Africa. It is therefore one of the essential diagnoses to meet the challenges of underdevelopment of this continent that continues to kill its future.
    The underdevelopment of this continent is not only a political problem, but it is also due to the concepts or practices of life of populations who refuse to reorganize their society with a minimum of seriousness.

    4000 CFA
  • POUR TOI

    Kate, jeune fille de la ville qui a perdu ses parents, héberge son petit ami chez elle et se prostitue pour subvenir à ses besoins, surtout payer sa scolarité à l’université. Mais que se passe-t-il quand celui-ci découvre ce que fait sa petite amie en lui offrant gratuitement de grosses sommes d’argent ? Comme dit-on, l’avenir nous réserve des surprises.

    3000 CFA
  • Le château dürande (1835)

    Lorsqu’un Africain, passionné de lettres, décide de traduire une oeuvre allemande de 1835 pour la rendre accessible au monde francophone, il ne fait que s´inscrire dans cette pensée riche en enseignements de l´auteur congolais Mbwil a Mpang Ngal : « Les cultures ne survivent que par l´ouverture à d´autres cultures qui les libèrent de leur tendance au narcissisme collectif » (Giambatista Viko ou le viol du discours africain. Paris, Hatier 1984, p. 112). Dans cette perspective, rapprocher le peuple africain du peuple européen, notamment allemand, au travers de la littérature qui fait pleurer, rire et éduque ne peut qu’être une expérience enrichissante. C´est ainsi que l´humanité grandira par l´échange des cultures et connaissances. Sortie des méandres de la littérature allemande, cette nouvelle traduite en français par Kangnikoé Adama dans l´esprit de divulguer les résultats de ses recherches relate les effets dévastateurs de la violence, non seulement sur ceux qui la subissent, mais aussi et surtout sur l´auteur même de la violence. L´image de boomerang sur la couverture est assez assévérative. D´ailleurs, Paul Hazoumé, auteur béninois, nous aurait avertis dans sa maxime à valeur de biosophie universelle : « Si le devin qui prédit la guerre y échappe, un des siens y périra sûrement » (Doguicimi. Paris : Larose, 1938, p. 432).

    3500 CFA
  • Camarades

    Un jeune cadre intègre, consciencieux et modeste est recruté sans le savoir par le clan des camarades qui ont investi tous les rouages de l’État, de l’Administration publique et du Commerce. La seule règle des initiés, contrairement à leur profession de foi, est de gagner de l’argent, au mépris de toute règle éthique ou morale et de l’intérêt public. L’appétit du gain facile est insatiable, jusqu’au jour où ils deviennent eux-mêmes les victimes de leur propre système.

    5000 CFA
  • Dis-moi grand-père koora’ngha !

    Le jeune Dossou a beau tourner la question dans tous les sens, il n’arrivait pas à trouver une réponse. Comment Grand-père, sans être allé à l’école des Blancs, parvenait à lui transmettre avec aisance autant de connaissances, de philosophies et de sagesses ? Pourtant, la tradition du vieil homme était purement orale. À quelle école était-il donc allé ? De qui et comment le centenaire avait-il acquis autant de savoirs non écrits ?

    3000 CFA
  • Jouissance Fatale

    Une jeune fille très vertueuse a été violée. Elle tombe enceinte alors qu’elle a un fiancé avec qui, elle n’a jamais eu de rapport sexuel. Elle se fait aider par une amie pour avorter. Plus tard, alors que sa vie semble reprendre un cours normal, elle apprend qu’elle a contracté le sida de son viol. En désespoir de cause, elle tue son agresseur sexuel. Pourra-t-elle parvenir à sauver son Amour ? C’est le contenu du roman qui vous est proposé. À travers la vie de Raïssa ou Armel en passant par celle de Djèmila et des autres, c’est le quotidien de certains et de tout le monde. Et chacun peut avoir le temps de comprendre qu’avec le sexe, on ne badine pas. Jouissance Fatale est un récit écrit dans un style mondain, accrocheur, pour éduquer et faire s’évader.

    4000 CFA
  • Le crime de trop

    Héritier et gestionnaire des activités champêtres de son père, Agossou est titulaire d’un baccalauréat série A. Il perd très tôt, le soutien de son père médaillé d’or « Meilleur producteur du coton » fauché dans la pandémie du choléra qui a sévi dans le pays. Deux ans plus tard, il élève son pays au rang de premier producteur de l’or blanc. Avide de pouvoir, il assassine son neveu en échange d’une potion magique afin d’étendre son règne sur sa collectivité et envisage un avenir politique. Mécontentes, les divinités Sakpata, Gou et autres dieux ont manifesté leur colère sur ses progénitures. Ces dernières endurent la maladie éruptive. Son épouse enceinte fut foudroyée par le moulin et son champ de coton qualifié d’or blanc saccagé. Renié par ses pairs, Agossou fuit la justice et se réfugie chez son cousin Lévis, conducteur de taxi moto en ville. À la cité, Agossou s’est fait remarquer par ses analyses pointues des actualités politiques et devint le leader des Zémidjan. Avec ruse, retors et rage, il se retrouve au sommet à la pyramide de son parti politique. Il détourna des fonds et autres et crée ses propres entreprises. Pour satisfaire ses ambitions et être plus plébiscité, Agossou élimine son cousin hypocrite.

    5000 CFA
  • Babingo au nom des acculturés

    Alex Babingo était alors bien loin de s’imaginer que braver l’interdit paternel n’était que le début d’un itinéraire qui devait, de l’autre bout du monde, le ramener aux racines même de sa culture et ses traditions. Babingo, au nom des acculturés est un vibrant plaidoyer pour l’instauration des langues nationales dans le système scolaire des pays africains de l’espace francophone.

    5000 CFA
  • Couteau à double tranchant

    La pauvreté et l’ignorance où qu’elles se trouvent sur la terre sont donc les ennemies communs de tous les pays du monde ; de tous les hommes, de l’humanité toute entière. Les hommes doivent se mettre ensemble indépendamment de leurs différences et de leurs différends pour les éradiquer pour le bonheur de l’humanité. Voilà ce que nous avons essayé de montrer à travers cette modeste oeuvre.

    Réservé

  • Mona Lisa des tropiques

    Un jour, j’engageai un débat sérieux avec Sonia pour comprendre sa motivation à vouloir embrasser l’islam. Elle me fit remarquer qu’elle était très admirative du fait que Khady et moi avions su dominer nos coeurs pour ne pas nous laisser dépasser par le désir qui conduit à la liberté sexuelle. Je ne pouvais pas me contenter d’une explication aussi évasive ; je poussai ma curiosité et lui demandai ce qu’elle trouvait de si intéressant dans la chasteté. Elle m’expliqua avec une extraordinaire sérénité qu’au contact de Khady, elle avait fini par percevoir dans cette attente de découvrir ce côté de l’homme avec qui l’on doit passer sa vie, quelque chose, non seulement de sacré et de jubilatoire, mais aussi de nature à favoriser une meilleure gestion de la période d’apprentissage à la vie adulte. Le corps de la femme, me dit-elle, ne se brade pas mais se valorise ; il n’a certes pas une valeur marchande mais s’acquiert au prix d’une attention soutenue. Cette attente permettrait, selon elle, de tirer une meilleure satisfaction des rapports intimes dans le mariage.

    7500 CFA
  • Le désordre humain conté à mon petit-fils

    Pour ces « déportés » (décrochés avec violence d’une porte pour être crochetés à une autre porte ? Celle dont ils n’auraient jamais dû dépasser le seuil ? Seuil ancestral ; porte nourricière ; mais où donc se trouvent les mamelles de la terre ?) Celles de la mère unique ? Je croyais que tous les hommes sont frères ; c’est écrit dans tous les textes sacrés ; ceux du Créateur, mais aussi ceux des Républiques qui ont connu les révolutions sanglantes. « Tous les hommes sont frères » : Discutez en vous appuyant sur vos expériences personnelles ».

  • Enfant d’Autrui, Fille de Personne (Édition révisée)

    Le Seigneur n’a-t-il pas dit lui-même : « Si vous faites du bien au plus petit de ces créatures, c’est à moi que vous le faites » ? Ananou écoutant cette parole de Dieu adopta deux orphelins qu’elle ramena du village ; un neveu et une nièce dont personne ne voulait, des enfants d’autrui, fils de personne… L’amour qu’une mère donne à son enfant, chair de sa chair, sang de son sang, elle devrait l’offrir également à ces enfants que la Providence lui confie. Les enfants d’autrui qui n’appartiennent souvent à personne. C’est ce que l’héroïne, Ananou, a fait afin de soulager quelque peu la misère humaine autour d’elle. Réalisme ? Utopie ? L’œuvre d’art n’est-ce pas une invitation pour partager du rêve ? Le temps d’une lecture…

    5000 CFA
  • Un casque pour Ébola

    L’épidémie d’Ébola se caractérise par une forte fièvre, des vomissements, de violents maux de tête, de la diarrhée teintée de sang. Il faut dire que la spécificité de cette maladie est qu’elle entraîne rapidement le patient à la mort. Pour éviter de contracter cette maladie, il est important d’une part, d’éviter la consommation de la viande de brousse, des viandes rouges, et de bien se laver les mains avant de manger. D’autre part, il faut se rendre immédiatement à l’hôpital quand on présente l’un de ces symptômes ci-dessus énumérés.

    4000 CFA
  • On peut aussi pleurer de joie

    Les hommes vous draguent dès qu’ils constatent que vous êtes libre, sans un mari à vos côtés. Certains même font fi de votre situation matrimoniale, vous mettent la pression et finissent toujours par atteindre leur but. Mais alors ils prennent leur envol pour d’autres horizons. Irma comprenait enfin et avait décidé de se construire une bonne conscience.

    3000 CFA
  • La croix de la mariée

    Bénita et Benjamin sont amoureux l’un de l’autre. Ils ont terminé avec brio leurs études et ont trouvé chacun un emploi… La belle vie peut commencer, n’est-ce pas ? L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux feront une seule chair, a dit l’écriture. Bénita et Benjamin y ont cru et rêvent d’un mariage réussi. Mais c’était sans compter avec une belle-mère envahissante et résolument décidée à pourrir la vie à sa bru. Alors les épreuves fusent de toute part et Bénita devrait y faire face seule avec, pour toute arme, son amour pour son mari. Le mariage finalement se révèle un véritable champ de bataille pour la femme qui s’y engage et une croix qu’elle est condamnée à porter au quotidien afin que l’humanité survive. Cet ouvrage dépeint vivement la condition de la femme dans le mariage. Il vise non seulement à sensibiliser les uns et les autres sur les dérives qui s’y observent, mais aussi à exhorter la femme à assumer avec bravoure cette noble mission qui lui est dévolue.

    © Les Editions du Flamboyant…

  • Les soupirs de la Saint-Valentin

    La voiture ralentit et se gara sur le côté. Le surveillant dévora Nina des yeux. — Pourquoi fais-tu la difficile, ma chérie ? fit-il d’une voix teintée de malice. Nina ne comprenait rien. Déjà, une main froide se glissa adroitement dans sa jupe. — Mais… monsieur, bredouilla-t-elle, en la repoussant. Pendant qu’elle interdisait de lui toucher les cuisses, le surveillant passa l’autre main dans son dos et, ayant trouvé la fermeture éclair, entreprit de découvrir le buste de son élève. Il se pencha en avant et lui imposa tout son poids afin qu’elle se laissât faire. Nina était affolée. C’était ses frêles muscles contre ceux en acier de l’autre. Comment trouver du secours dans ce désert ? Et avec toutes ces vitres teintées, fermées… Elle décida pourtant de lutter. Lutter jusqu’à son dernier souffle, jusqu’à l’ultime goutte de sueur. Le surveillant était fort avancé dans son entreprise. Il réussit à soulever la jupe et…

    4000 CFA
  • La Désillusion de ces dames émancipées

    Maman Rosine avait réussi à rabattre la porte et continuait tout simplement sa douche… Dans son coin, le petit Junior âgé de quatre ans dormait d’un sommeil paisible. Sa sœur Rosine n’était pas encore de retour des classes. Une réflexion déprimante envahit Basile. Son épouse se plaisait à jouer à l’allumeuse et à quoi d’autre encore ? Fallait-il la sortir de là et la bastonner pour se soulager un peu ? Basile se rappela tout de suite la dernière fois qu’il avait usé de violences à l’égard de son épouse : il avait payé six mille francs d’amende, vingt-deux mille francs de médicaments et remboursé onze mille francs pour le certificat médical avant de s’en sortir, alors qu’il avait été poussé à bout. Ce soir-là, l’attitude pour le moins incompréhensible de son épouse le vidait de toute énergie. Il se souvint de leur première rencontre et de tout ce qu’il avait enduré de la part des beaux parents pour obtenir sa main et pour l’épouser. Toutes ses économies y passèrent.

    2500 CFA
  • Le cri des feuilles qui meurent

    L’histoire se passe en Guinée. Elle commence en novembre 1970. Mais sait-on vraiment quand commence une histoire ? D’abord, il y a Sali. Adolescente de quinze ans, amoureuse de Mounirou, mais qui doit partir loin de lui car elle a attrapé la lèpre. Elle suit un rebouteux qui fait d’elle son esclave en échange de potions inutiles… Et puis, il y a le camarade Émile. Métis cultivé et zélé serviteur de la révolution. Nul nom n’est plus craint ni plus haï que le sien… Ensuite, il y a Fotédi, autre métis, et attardé mental, lui, qui croit avoir tué Allah, et qui ressemble étrangement au camarade Emile, le redoutable séide du régime… Il y a Gassimou, un truand qui veut tirer avantage de cette ressemblance en se servant du débile comme d’un passeport pour des amitiés lucratives… Il y a Ramatoulaye, une homosexuelle que sa mère voudrait marier à un commerçant amateur de pucelles… Il y a l’enfant de Sali, la lépreuse, car la nature, qui est parfois bonne, lui a donné un beau bébé… Il y a des voleurs d’enfants, des charlatans et des gendarmes… Il y a un chien famélique, des mercenaires portugais, et tant d’autres personnages qui croisent leurs destins… Il y a cette cour aux mendiants, véritable Cour des Miracles de notre époque, qui cache un terrible secret.

    4500 CFA